Fraude à l’examen, mais qu’est ce qu’il faut faire ?

June, 25, 2011
Sylvain

Ca fait trois mois que je n’ai pas écrit le moindre post, et aujourd’hui je reviens pour vous parler de la triche aux examens, sujet d’actualité si il en est…

En effet, vous avez sans doute entendu parler de cette fuite sur le web de l’un des exercices de l’épreuve de mathématiques du Bac S. Tout le monde s’offusque, certains annoncent la fin du bac, la fin de l’école, la fin du monde, euh non, je l’emballe un peu, ils annoncent juste la fin du bac tel qu’on le connait. La triche, nous y sommes tous confrontés, en tant qu’élève bien sur, mais aussi lorsque l’on est prof, où lorsque l’on est celui qui organise un concours ou un examen (même lorsque l’on est recruteur, ce qui est une forme de concours ne l’oublions pas).

Dans ce post, je ne vais vous parler cependant que de cette fraude du bac, c’est à dire une fraude à l’examen. Il y a plusieurs types de fraudes. Un élève peut tricher (antisèche, copie sur le voisin, téléphone depuis les WC à un tiers). Il peut se faire remplacer, c’est probablement le type de fraude le plus subtil et qui assure la meilleur réussite. Au bac il doit être difficile de se faire remplacer, mais dans les examens universitaires, où la discipline est plus souple, cela s’est déjà vu. Le troisième type de fraude est plus problématique : il s’agit de la fuite des sujets. En effet, dans le cadre d’un examen national comme le bac, les sujets voyagent beaucoup et sont accessibles auprès de nombreuses personnes, et une fuite est toujours possible. Si elle est détectée avant l’épreuve, il suffit d’utiliser les sujets de secours, mais lorsque c’est  a posteriori, comme pour le bac S cette année, que faire ?

Tout d’abord, il ne faut pas oublier que le bac n’est pas un concours : le tricheur qui obtient le bac ne prend pas la place de l’élève honnête qui passe lui aussi l’épreuve. Une fois cette remarque faite, on s’aperçoit que la seule nécessité absolue sur l’action post-fraude, est de ne pas briser l’équité de l’examen pour les candidats honnête. Pour les fraudeurs, l’équité est brisée par définition !  Donc on ne se préoccupe plus d’eux, sauf pour essayer des les trouver pour les punir en leur annulant le diplôme et en leur interdisant tout examen ou concours pendant 5 ans.

Mon raisonnement mène donc à la chose suivante : soit on ne fait rien, soit on fait refaire l’épreuve à tous les candidats, mais en aucune manière on ne modifie la barème en cours de route.

En revanche, dans le cadre d’un concours, mon raisonnement amène bien évidemment à modifier le barème, car le candidat honnête à tout à perdre à ce que l’exercice qui a fuité soit maintenu, les tricheurs pouvant lui prendre sa place.

Be Sociable, Share!

One Response to “Fraude à l’examen, mais qu’est ce qu’il faut faire ?”

Il suffirait de développer des systèmes experts suffisamment intelligents pour détecter le niveau de compétence et d’aptitude pour chacun des sujets interrogés et ce, en fonction du niveau de l’élève et de la matière enseignée.

Mais revenons d’abord à l’essence même d’un examen. Que vérifie-ton par ce moyen ? Les capacités intellectuelles ? La capacité à mémoriser un certain type d’info ? La capacité de synthèse ? La dextérité ? La cohérence ? La capacité à se remettre en question ? L’empathie ? L’intégration à un milieu ? … ?

Il est bien évident aujourd’hui que les méthodes de vérification des capacités de chacun sont obsolètes et n’empêchent nullement qu’un tas d’incompétents trustent de nombreuses places que de plus brillants sujets auraient pu obtenir à leur place si le système de détermination des compétences était plus efficace. L’informatique nous y aidera mais nous en sommes encore loin. En attendant on continuera à subir les technocrates incompétents, les médecins laxistes et sans scrupule, les chefs de services ignares, les architectes demeurés et toutes cette cohorte d’informaticiens stupides qui nous imposent des merdes comme linux ou Google (pour ne site qu’eux) pour avancer vers le progrès.

Macaroni, 23 September 2011 at 11:24

Leave a Reply

Picture: courtesy of Abby Blank