Malade, je souhaite prévoir l’avenir, à quoi penser ?

July, 16, 2020
Sylvain

Aujourd’hui, les malades connaissent leur pathologie, et quelle que soit la maladie dont ils souffrent, ils en parlent avec les médecins et avec leur entourage. Ils connaissent les risques auxquels la maladie les expose, et les effets secondaires des traitements souvent très “lourds” à supporter et sont conscients du temps qui leur reste à vivre, même si souvent, c’est une donnée approximative.

L’annonce du diagnostic par le médecin provoque des émotions intenses chez le malade qui conservait, malgré les symptômes, l’espoir qu’il n’y avait rien de grave. L’effondrement, la fuite, l’intériorisation, la réflexion, la colère, etc., autant de réactions que de personnes concernées.

Quelles sont les pensées du malade sur l’avenir ?

Les interrogations sur l’avenir sont fréquentes chez les personnes atteintes d’une maladie incurable (cancer), et d’une manière générale, elles concernent :

  • Ses conditions de vie jusqu’au décès : Comment vais-je vivre le temps qu’il me reste ? Est-ce que la routine quotidienne doit subsister ? Au contraire, doit-on profiter des derniers mois, faire sa valise et partir ?

Ces questions ne trouvent de réponses que si la personne malade a des idées précises sur les sujets. Son entourage peut le guider mais le choix final revient au malade.

  • Les conditions de vie de son entourage après le décès : Comment être sûr que mes proches et en particulier mon conjoint, ne soit pas lésé au moment de la succession ? Est-il encore temps de rédiger un testament afin de distribuer mon patrimoine comme je l’entends ? Est-ce que mon contrat d’assurance vie est bien à jour ? Comment m’assurer que mon contrat d’assurance décès couvrira réellement les frais liés à mes obsèques ?

Ces questions sont d’ordre pratique et elles amènent des réponses à court terme dans lesquelles il n’y aura rien de subjectif. Le malade doit, logiquement, y puiser du réconfort.

Quelles sont les solutions rassurantes pour le malade sur l’avenir ?

Les solutions rassurantes sont celles qui ne sont pas ambiguës. Ainsi, la personne malade qui contacte l’assureur en charge de son dossier d’assurance vie, peut vérifier instantanément les données associées au contrat : bénéficiaire, montant du capital au moment (approximatif) de son décès, formalités de versement (rente, versement intégral), etc.

La démarche est identique concernant le contrat d’assurance décès. L’assureur concerné est en capacité de fournir les renseignements attendus. La rédaction d’actes officiels dépend d’un notaire, et en particulier du notaire de famille, s’il existe.

Quelles sont les pensées “cachées” du malade sur l’avenir ?

Les pensées cachées sont celles du malade dans sa volonté de ne pas impliquer son entourage dans les conséquences de sa maladie. Il “arrange” ou dissimule la vérité à ses proches pour minorer leur souffrance, la famille n’est pas informée de l’état réel du malade, ni de l’avancement de la maladie et peut-être pas non plus de son échéance.

Dans cette situation, le malade tente de privilégier sa liberté où les examens et les traitements médicaux sont de telles contraintes qu’ils ont du mal à trouver leur place ou si, dans un cas extrême de souffrance morale ou physique, il décide de ne pas vivre cette maladie et pense au suicide.

Be Sociable, Share!

Leave a Reply

Picture: courtesy of Abby Blank